07 mars 2010

Bilan sur mon matériel photo

     Une fois n'est pas coutume, aujourd'hui, un billet sur mon matériel photo.

     Cela fait près d'un an maintenant que je prends des photos avec un réflex, alors, pour ceux que cela intéresse, qui sont sur le point de franchir le pas, ou qui hésitent, voici un bilan de mon expérience en quelques mots.

 

     Auparavant, j'avais un bridge: le Sony DSC-H2.

     C'est un bon appareil, dont je me sers encore dans certaines circonstances. L'immense avantage de ce type d'appareil par rapport à un réflex est sa polyvalence, du moins pour commencer. Il permet de faire un peu tous les types de photos, portrait, paysage, proxi-photo (presque macro), photo nature. Il est maniable, léger, d'un prix très abordable.

Ses principaux défauts, comme tous les bridges, sont:

     la mauvaise qualité du viseur, qui est numérique, et peu précis. D'où de grandes difficultés de mise au point pour tous les sujets difficiles à isoler, particulièrement en photo macro ou animalière.

     Le très mauvais traitement du bruit numérique: au-delà de 400 ISO, les photos sont littéralement inexploitables. Avec cet appareil, j'avais à peu près abandonné l'idée de prendre des photos en intérieur...

     Et puis, il présente aussi d'autres inconvénients, selon le type de photos que l'on aime faire. Pour ma part, je trouvais son autofocus (la mise au point manuelle étant inutilisable vu sa lenteur et son imprécision) beaucoup trop lent pour la photo animalière.

     Enfin, autre inconvénient, et non des moindres: la durée de vie des batteries, très limitée: environ deux heures dans des conditions normales d'utilisation. Ainsi, en six heures de balade, pour peu que les paysages m'aient inspiré, j'avais épuisé mes trois jeux de batteries, et pouvais ranger l'appareil...

 

Malgré tout, je continue de l'utiliser, et voici pourquoi:

j'avais acheté alors le convertisseur Raynox DCR 2020 pro, qui permet de multiplier l'amplitude du zoom par 2,2, et transformait ainsi l'objectif de mon bridge en un 80-950mm!!

Voici la chose:

_-2

 

     Un objectif de cette focale sur un réflex coûte au moins 4000€... J'en avais eu pour 250€.

     Evidemment, la qualité n'est pas exceptionnelle: piqué correct, sans plus, luminosité insuffisante, et surtout terribles aberrations chromatiques. Mais malgré tout cela, je continue à m'en servir, parce qu'il est irremplaçable dans certaines situations, et très correct quand on ne le pousse pas dans ses retranchements. (Pour ceux qui le souhaitent, je peux donner des exemples de photos prises avec le Raynox 2020 pro.)

 

     Je m'étais aussi acheté une bonnette macro de chez Raynox, la DCR 250, mais cette fois - avis aux amateurs - elle est totalement inutilisable du fait du manque de précision du viseur d'un bridge. (Me servir de l'écran comme viseur n'a jamais été dans mes habitudes.)

Mon réflex: le Nikon D90

     Si j'ai investi dans un boîtier réflex, c'est d'abord pour le confort d'utilisation: le viseur optique est incomparable avec un viseur numérique, même doté d'une définition correcte.

     Et puis, je voulais prendre des photos d'oiseaux en vol, le soir, par temps nuageux, et seul un réflex pouvait me le permettre.

     J'ai donc acheté un Nikon D90, avec le zoom vendu en kit, le 18-200 f/3,5-5,6.

 

_-5

 

     Voici, à l'usage, et sans revenir sur les caractéristiques techniques de l'appareil que l'on peut trouver aisément sur internet, ce que je pense de ce boîtier.

Les points positifs d'abord:

1° Incontestablement, la qualité technique est bien supérieure à celle d'un bridge, même excellent. Tous les inconvénients de mon premier appareil numérique, dont j'ai parlé plus haut, ont été oubliés avec le réflex. Le Sony reste le plus souvent dans sa sacoche depuis que j'ai un réflex...

2° La rapidité de mise au point, la précision, la qualité des images, la vitesse de mise en marche et de déclenchement procurent un confort et un plaisir dont il est difficile de se passer ensuite.

3° Je ne regrette pas non plus le choix du D90: je l'avais pris à l'époque parce qu'il était le premier à faire de la vidéo (et j'ai une petite fille...), et parce qu'il était à la pointe du développement des réflexes milieu de gamme (concernant la qualité ISO notamment). Je ne compte pas le revendre pour un boîtier plus performant avant longtemps, et il n'a jamais donné signe d'aucune faiblesse depuis que je l'utilise (j'ai déclenché plus de 10000 fois en un an...).

4° Son ergonomie est très intuitive, les menus et les paramètres sont extrêmement clairs, il est lourd, bien sûr, mais cela a plutôt constitué à mes yeux un avantage qu'un inconvénient, par rapport au bridge: ce poids m'a permis une plus grande stabilité, et une meilleure prise en main.

5° Aspect qui n'est pas négligeable non plus: dès que l'on photographie au format raw, les latitudes de retouche et de correction (recadrage, etc.) des photos sont bien supérieures à celles de photos prises avec un bridge ou un compact.

     D'où aussi un temps bien plus important consacré au post-traitement des photos (pour acquérir la maîtrise des logiciels nécessaires d'abord - Lightroom essentiellement,  et occasionnellement Photoshop, en ce qui me concerne -, puis pour la retouche proprement dite), et ce temps passé devant l'écran plutôt que derrière le viseur n'est pas le plus agréable, bien qu'il soit indispensable.

Quelques réserves tout de même:

1° La gestion du bruit numérique, tout d'abord, certes très correcte, n'est pas exceptionnelle, et se révèle vite insuffisante dans les circonstances difficiles. En intérieur, le bruit devient visible (bien que très acceptable) dès 500 ISO. Mais il est vrai qu'on en veut toujours plus, et que je ne me rends même plus compte de l'immense amélioration que j'ai connue en passant à un réflex!

2° Pour son prix, je trouve que le D90 aurait pu être tropicalisé: à quoi bon, en effet, avoir un appareil photo capable de prendre des clichés dans des conditions difficiles, avec très peu de lumière, si, précisément dans ces conditions, on n'ose le sortir de son sac? Car à moins d'être en intérieur, dans quel cas y a-t-il peu de lumière, sinon, bien souvent, quand il pleut?...

3° A la réflexion, et si c'était à refaire, je prendrai peut-être un boîtier Canon; non qu'ils soient de meilleure qualité, mais parce que les objectifs Canon sont souvent moins chers que ceux du fabricant Nikon - en tout cas sur le marché du matériel neuf. Mais ce n'est pas à refaire, et les objectifs Sigma et Tamron sont souvent d'excellente facture aussi, pour un coût bien moins élevé...

4° Non, rien de plus! Si vous voulez une analyse plus complète, c'est ici, en anglais.

 

Les objectifs

Le Nikon 35mm f/1,8 AF-S DX G:

_-3

 

   Je n'en parlerai pas, ne l'ayant eu entre les mains que très ponctuellement, et jamais pour plus d'un après-midi. Il me semble toutefois incontournable: un prix très raisonnable, un piqué exceptionnel, une luminosité elle aussi idéale.

 

Le 18-200mm f/3.5-5.6 AF-S DX ED VR:

_-4

 

A l'usage, je trouve ce zoom exceptionnel: sa qualité d'image est très satisfaisante à toutes les focales, l'autofocus est rapide et réactif, la bague de mise au point précise et souple, et son poids très supportable. Il est à mes yeux un véritable couteau suisse, et venant d'un bridge polyvalent, je trouve qu'il constitue une transition douce et agréable.  Je n'envisage pas de le remplacer, mais seulement de le compléter par des objectifs plus spécialisés.

Ses seuls inconvénients sont:

- la petite ouverture du diaphragme: on manque vite de lumière avec lui. Mais on ne peut tout avoir...

- Son piqué est aussi, peut-être, insuffisant, mais alors pour la photo animalière. Pour le portrait et le paysage, il convient parfaitement.

- Je trouve aussi sa tendance à la diffraction assez importante, ce qui n'est pas un atout pour la photo de paysage. Elle reste toutefois supportable, en tout cas pour commencer.

 

Le Micro-Nikkor AF-S 105mm f/2,8G IF ED VR:

   Je viens de l'acheter, et ne peux encore en parler; je ferai un bilan dans quelques mois.

 

Et le reste

Un flash cobra: le Metz Mecablitz 48 AF-1 D:

     Je l'ai très vite trouvé indispensable pour les portraits, le flash intégré du D90 étant utile en dépannage, mais très brutal, peu réglable, et somme toute peu utilisable.

     J'ai préféré la marque Metz à Nikon, pour la substantielle économie que elle représente.

     Il est très fonctionnel, ne demande pas de connaissances techniques approfondies, est pilotable à distance avec le D90, et très maniable. Bref, j'en suis très satisfait.

 

Un trépied : Velbon Sherpa 600R:

_-7

 

      C'est mon dernier achat, et je l'ai encore peu utilisé.

     Il remplace un ancien trépied, acheté d'occasion, qui ne suffisait plus pour le réflex: correct avec le bridge, il manquait cruellement de stabilité avec le D90 (qui pèse 1,300 kg avec le 18-200). Du reste, c'était un trépied peu maniable et encombrant, et la fabrication n'était pas à toute épreuve: une vis de serrage m'est restée dans la main...

     Le Velbon Sherpa est cher, à mes yeux. Mais il est extrêmement pratique: les pieds peuvent s'étaler, pour une hauteur minimum de 26cm; la colonne est amovible et réversible, ce qui permet de placer l'appareil quasiment à hauteur du sol (utile en macrophotographie); la rotule est très correcte, précise, fluide et maniable, avec un unique levier de serrage... C'est un trépied solide, stable, polyvalent, et vendu avec housse et bandoulière, ce qui est bien pratique.

____________________________

 

     En espérant que ces remarques en aident quelques-uns: il est parfois utile d'avoir l'avis de non-spécialistes, qui ne sont pas inféodés à des tabous ou à des hiérarchies rigides, mais ne jugent qu'en fonction de leur expérience limitée.

 

18:10 Écrit par Nathan dans Varia | Commentaires (2) | Tags : technique, materiel | |

Commentaires

Matériel J' utilise également un D90 et le 18-200 (pendant mes voyages) ainsi que le 35 F1,8 (pour les concerts) et j'en suis satisfait.
Pour la réduction du bruit je ne saurais trop vous conseiller DXO optic pro.

Écrit par : E1006Au12 | 08 mars 2010

Matos : réponse Comme vous me le demandez voici :
- Boîtier Canon Eos 400D
- Objectifs Canon série L : 17-40, 28-70, 70-200.
C'est tout.
Bonne semaine.
Yvon.

Écrit par : Yvon | 14 mars 2010

Les commentaires sont fermés.